• Nous aurions appris à lacer nos chaussures ensemble

    Je ne saurai jamais, je ne me souviendrai jamais... Il y a des choses trop insignifiantes pour que l'on s'en souvienne, et d'autres, trop importantes, mais qu'on oublie quand même, parce que notre esprit l'a décidé ainsi. Il y a mes pensées perdues, disparues, envolées... Elles ont tout emporté, y compris toi. Je ne sais pas comment je pourrais nommer le fait de se souvenir sans vraiment le faire. Se souvenir, mais comment ? 

    Nous étions encore inconnus de tous, nous étions seuls, nous étions minuscules. Nous étions si petits, que nos esprits ne pensaient que très peu. Mais tu sais, je sentais que tu étais près de moi. Nous n'étions pas encore près à tout affronter, pas encore près à connaître l'aventure, nous ne savions même pas que tout cela existait.

    Et puis tu t'es envolé, sans que personne sache que tu avais été là, une simple poignées de semaines. J'ai grandi seule, sans connaitre tes coups du au manque de place. Et je suis partie seule à l'aventure. J'aurai aimé leur dire, dès le premier jour qu'au début je n'étais pas seule. Mais je n'arrivais pas, je ne comprenais pas non plus ce qu'ils disaient. Je me sentais coupable je pense, déjà à ce moment là. J'avais peur, mais je ressentais quelque chose de fort envers eux. J'ai appris plus tard que c'étais de l'affection, de l'amour... Je n'avais pas encore oublié.

     

    J'ai appris a parler sans toi, j'ai appris à tenir debout sans l'aide de personne, sans toi. Un jour, j'ai marché seule. Tu n'étais pas là. Je n'avais peut être pas encore oublié. 

    J'ai grandi, un peu plus. Les mois ont passé. Je n'ai jamais connu le plaisir de vivre mon premier jour d'école à tes côtés. Nous n'avons jamais rien appris ensemble. Tu n'a jamais eu le plaisir de venir acheter la première peluche de celle que tu aurais épaulé à mes côtés. 

    J'ai grandi, grandi, encore et encore, me sentant toujours coupable, mais de quoi? Tu sais, aujourd'hui cette culpabilité me ronge. Et je sais que quoi que je fasse elle sera toujours là. C'est comme si elle avait pris ta place. Ta place... Si c'est bien la tienne...

     

    Je me souviendrais jamais de cette connexion de pensées qui nous liait, mais elle me hantera à jamais.

     

     

    Ne voyez rien d'explicite là dedans, ce sont juste de profondes pensées qui malgré tout, sont là

    Ama

    Hantée.


  • Commentaires

    1
    Mercredi 16 Septembre 2015 à 21:33

    O.O Waw.

    2
    Jeudi 17 Septembre 2015 à 23:22

    Merci :)

    3
    Vendredi 2 Octobre 2015 à 17:16

    C'est un texte très beau... et très touchant ! ♥

    4
    Samedi 3 Octobre 2015 à 23:12

    Merci, vraiment 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :